2.2.11

VIVRE CE N’EST PAS RESPIRER, C’EST AGIR »


La famille RUELLE a très bien compris cette belle leçon de Rousseau. Et c’est à travers les actes. Pour la première fois que cette famille vient au complet chez Léa, le programme a été très énorme. Arrivés chez Léa le 21décembre 2010 pour un séjour de 10 jours, Alain et Cathy RUELLE plus leurs deux filles (Mathilde et Jeanne) n’avaient pas attendu longtemps pour mettre à exécution ce programme. Après les embrassades, Léa, ses enfants et leurs hôtes consultèrent ensemble les résultats scolaires du premier trimestre des enfants. Ils n’étaient pas bons pour François et Shérita. Alors, Mathilde (comme elle sait le faire puisse qu’elle est enseignante) et Jeanne devaient s’en occuper très rapidement pour remonter la pente. Léa avait réparti les tâches ; Mathilde travaille avec Shérita et Jeanne avec François. Ils avaient travaillé dans les calculs et en français. Outre ce travail de mise à niveau qui avait concerné les deux enfants, les Yovos avaient appris à tous les enfants beaucoup d’autres choses notamment le dessin et les notions de civilités. On note aussi à l’actif de la famille RUELLE pour le compte de cette visite, l’installation des étagères dans les chambres des enfants qui y rangent désormais leurs vêtements et cahiers. Grâce aussi à cette famille, un "tableau année“ a vu le jour chez Léa. En fait c’est un tableau qui porte les douze mois de l’année avec les noms et dates anniversaires de tous ceux entourent Léa ; aussi bien les Yovos que les Africains. Le but est de permettre à tous les membres de la grande famille Léa de connaître la date de naissance de tout un chacun et se souhaiter un joyeux anniversaire le moment venu. C’est très génial comme idée. Le réveillon de noël et le jour même de noël ont été aussi des dates de grands événements. D’abord pour le réveillon, ils avaient commencé par la messe de circonstance qui était organisée au village SOS. Au retour, Léa et les quatre Yovos organisèrent un réveillon spécial pour les enfants. Il avait eu lieu au salon de Léa où tous s’étaient rassemblés. La soirée avait été fantastique car la fête avait commencé après la prière dirigée par la religieuse de tous et les échanges de vœux pour la nouvelle année qui s’annonçait. La viande était abondante mais il fallait s’arrêter à un moment donné pour continuer le lendemain. Et justement la fête avait continué le jour de noël. La cour était très petite pour contenir les enfants et les invités. Tout le monde avait mangé, bu, chanté et dansé à sa mesure. Toujours chez Léa, Alain, Cathy RUELLE et leurs filles avaient distribué comme à l’accoutumée des cadeaux aux enfants et trouvé des solutions à beaucoup d’autres problèmes notamment en électricité en bois de chauffe. Aujourd’hui nous pouvons compter la famille RUELLE parmi les bonnes volontés qui luttent contre le mal du siècle : le SIDA. En effet, lors de son séjour au Togo, elle s’est faite entendre sur ce plan dans un village au cours d’une réunion avec une cinquantaine de jeunes filles et garçons. Le village a pour nom Lassa. Le thème de la réunion était « Comment lutter contre les IST/VIH-SIDA et les grossesses non désirées ? » Il s’agissait au cours de la rencontre de rappeler les différentes voies de transmission du VIH, comment faire pour l’éviter et de comment se comporter si on est séropositif. Il a été conseillé aux jeunes de faire très attention dans leur vie amoureuse car une grossesse mal venue compromet les chances de réussite dans tous les domaines. Les échanges étaient très fructueux et les Yovos avaient exprimé une note de satisfaction. Le meeting avait pris fin avec le partage de petits livrets sur le sida et de préservatifs aux jeunes. Toujours dans ce village, ils avaient fait un don de stylos à une centaine d’enfants qui chantent dans la chorale des Saints Innocents de l’église catholique de la localité. Leurs œuvres ont été immenses dans un délai très court. Ils ont visité malgré cet emploi de temps chargé, les familles d’Alain et de Rachel. Dix jours avaient passé, il fallait rentrer, on ne voulait du tout pas mais on n’avait pas le choix. C’est dans cette peine qu’Alain, Cathy, Mathilde et Jeanne avaient pris le bus le 30 décembre pour Lomé où ils devaient prendre l’avion le même jour. Il n’avait donc pas été facile ni pour les Yovos ni pour les enfants. Le seul moyen était de se donner rendez-vous dans au plus un an et demi. Les RUELLE ont travaillé au Togo comme pour dire aux Togolais qu’il n’y a rien de plus intéressant au monde que de partager son amour avec ses emblables.
Sondou du Togo

Aucun commentaire: